ENLACES

[Lo Nuevo] [Madres Solas] [SUTESUAEM] [Previsión Social] [Ciencias Económico Administrativas]
[
Ciencias Sociales] [Ciencias de la Informaci
ón][México Historia y Cultura]
[Materias de Estudio]
[
SPCU] [Diplomado SPC] [Documentos SPC] [Foro Permanente SPC] [Enlaces SPC][PRONAD-SIIA] [Enlaces]
 

[Joseacontrera's Blog] [Propósito] [Viajeros] [Mis Viajes] [Fotos] [Música] [Deportes] [Correo] [Curriculum] [Godaddy]


NOTICIAS
 [México] [Edomex] [Estados] [Emprendedores Tech] [Prensa Educativa] [Universities] [Empleo] [Trabajo y Sindicatos]
[
Latinoamérica] [Estados Unidos] [Unión Europea] [Asia] [África] [Joseacontreras Diario] [Derechos Humanos Diario]



Día Internacional de la Mujer 2011.

Asociación de Madres Solteras y Grupos Vulnerables para el Desarrollo Social \\\\\\\"Por un Trato más digno Yo Madre Soltera Aquí Estoy A.C.\\\\\\\" ¡Visita la página de Madres Solas Aquí! Más»

Entrega de Silla de Ruedas.

Asociación de Madres Solteras y Grupos Vulnerables para el Desarrollo Social \\\\\\\"Por un Trato más digno Yo Madre Soltera Aquí Estoy A.C.\\\\\\\" ¡Visita la página de Madres Solas Aquí! Más»

Compartiendo con nuestras socias y socios de la tercera edad de Molino Abajo, Temoaya, Estado de México.

Asociación de Madres Solteras y Grupos Vulnerables para el Desarrollo Social \\\\\\\"Por un Trato más digno Yo Madre Soltera Aquí Estoy A.C.\\\\\\\" Visita la página de Madres Solas Aquí. Más»

Visita la página de Código Ayuda Aquí.

Entrega de Reconocimiento por la AMS a la labor de Gabriela Goldsmith Presidenta de Código Ayuda A.C. Más»

Día de la Niñez 2011 con nuestras socias y socios de San Lorenzo Tepaltitlán, Toluca, Estado de México.

Asociación de Madres Solteras y Grupos Vulnerables para el Desarrollo Social \\\\\\\"Por un Trato más digno Yo Madre Soltera Aquí Estoy A.C.\\\\\\\" Visita la página de Madres Solas Aquí. Más»

Entrega de Silla de Ruedas.

Asociación de Madres Solteras y Grupos Vulnerables para el Desarrollo Social \\\\\\\"Por un Trato más digno Yo Madre Soltera Aquí Estoy A.C.\\\\\\\" Visita la página de Madres Solas Aquí. Más»

“Yo Me Declaro Defensor” de los Defensores de Derechos Humanos

Participación en la campaña “Yo Me Declaro Defensor” de los Defensores de Derechos Humanos por la Alta Comisionada de los Derechos Humanos de la ONU Navy Pillay. Más»

Entrega de Reconocimiento al Lic. Enrique Peña Nieto por su apoyo como gobernador a los grupos vulnerables de nuestra Asociación.

Asociación de Madres Solteras y Grupos Vulnerables para el Desarrollo Social \\\\\\\"Por un Trato más digno Yo Madre Soltera Aquí Estoy A.C.\\\\\\\" Visita la página de Madres Solas Aquí. Más»

Compartiendo con nuestras socias y socios de la tercera edad en Molino Abajo, Temoaya, Estado de México.

Asociación de Madres Solteras y Grupos Vulnerables para el Desarrollo Social \\\\\\\"Por un Trato más digno Yo Madre Soltera Aquí Estoy A.C.\\\\\\\" ¡Visita la página de Madres Solas Aquí! Más»

Compartiendo con nuestras socias y socios de la tercera edad en Molino Abajo, Temoaya, Estado de México.

Asociación de Madres Solteras y Grupos Vulnerables para el Desarrollo Social \\\\\\\"Por un Trato más digno Yo Madre Soltera Aquí Estoy A.C.\\\\\\\" ¡Visita la página de Madres Solas Aquí! Más»

Compartiendo con nuestras socias y socios de la tercera edad en Molino Abajo, Temoaya, Estado de México.

Asociación de Madres Solteras y Grupos Vulnerables para el Desarrollo Social \\\\\\\"Por un Trato más digno Yo Madre Soltera Aquí Estoy A.C.\\\\\\\" ¡Visita la página de Madres Solas Aquí! Más»

Compartiendo con nuestras socias y socios de la tercera edad en Molino Abajo, Temoaya, Estado de México.

Asociación de Madres Solteras y Grupos Vulnerables para el Desarrollo Social \\\\\\\"Por un Trato más digno Yo Madre Soltera Aquí Estoy A.C.\\\\\\\" ¡Visita la página de Madres Solas Aquí! Más»

Thelma Dorantes Autora y Actriz principal de la obra de Teatro \\\\

Visita de Thelma Dorantes a las oficina de la Asociación de Madres Solteras y Grupos Vulnerables para el Desarrollo Social \\\\\\\"Por un Trato más digno Yo Madre Soltera Aquí Estoy A.C.\\\\\\\" en Toluca, Estado de México. Más»

Thelma Dorantes Autora y Actriz principal de la obra de Teatro \\\\

Visita de Thelma Dorantes a las oficina de la Asociación de Madres Solteras y Grupos Vulnerables para el Desarrollo Social \\\\\\\"Por un Trato más digno Yo Madre Soltera Aquí Estoy A.C.\\\\\\\" en Toluca, Estado de México. Más»

Thelma Dorantes Autora y Actriz principal de la obra de Teatro \\\\

Visita de Thelma Dorantes a las oficina de la Asociación de Madres Solteras y Grupos Vulnerables para el Desarrollo Social \\\\\\\"Por un Trato más digno Yo Madre Soltera Aquí Estoy A.C.\\\\\\\" en Toluca, Estado de México. Más»

Premio Nacional del Trabajo 2012.

Entrega a los trabajadores de la Dirección de Organización y Desarrollo Administrativo de la Universidad Autónoma del Estado de México del Premio Nacional del Trabajo 2012 por la Secretaría de Trabajo y Previsión Social del Gobierno de México. Más»

 

A Alep, l’écrasement de la rébellion syrienne

Esta NOTICIA fue originalmente compartida en Aula News Unión Europea

Fuente: Le Monde.fr - Actualité à la Une

http://s1.lemde.fr/image/2016/12/13/644x322/5048106_3_6836_des-civils-syriens-fuient-le-quartier-de_a77a1a0ef4e29a9732f4d84a5efb8321.jpg

lls auront résisté près de quatre ans et demi. Mais cette fois c’est fini. Les rebelles barricadés depuis l’été 2012 dans les quartiers orientaux de la capitale du nord de la Syrie ont succombé à l’offensive loyaliste. Après avoir reculé de quartier en quartier depuis le déclenchement de cette attaque, le 15 novembre, les combattants anti-Assad, terrassés par la puissance de feu de leur adversaire, ne contrôlaient plus, mardi 13 décembre, qu’une minuscule poche de territoire, au sud de la citadelle.

Un réduit d’une poignée de kilomètres carrés, centrés sur les districts de Seïf Al-Daoula et Al-Ansari, dont la reprise par les forces progouvernementales semblait imminente. « Nous sommes dans les derniers instants avant la proclamation de la victoire de l’Armée arabe syrienne dans la bataille d’Alep-Est, affirmait lundi après-midi une source militaire syrienne. Nous pouvons l’annoncer à tout moment. »

Alors que ce week-end, ses alliés russes, par conviction ou diversion, entretenaient encore l’idée d’une évacuation de dernière minute des rebelles, le régime Assad, visiblement décidé à frapper les esprits, a imposé son propre dénouement : l’écrasement inconditionnel de l’insurrection. La reddition ou la mort. Un épilogue d’une brutalité implacable, sur lequel flotte le spectre des massacres de masse, commis par l’armée syrienne, en réponse à des soulèvements islamistes : à Hama, en 1982, et à Alep – déjà – en 1980.

Lire aussi :   Alep, chronique d’une révolution impossible

« La fin du monde »

Les journalistes présents dans la partie ouest relataient lundi que le pilonnage des quartiers orientaux était le plus intense de ces derniers jours. La télévision syrienne a diffusé des images du quartier de Salhine, tombé aux mains de l’armée, montrant une étendue de ruines, avec des cadavres jonchant le sol et quelques civils errant dans les décombres, en tenant par la main un enfant ou des bagages.

Selon Moscou, 2 200 insurgés se sont rendus depuis le début de la bataille d’Alep et 100 000 civils ont quitté les quartiers qu’ils tenaient. L’ONU parle pour sa part de 40 000 déplacés. L’Observatoire syrien des droits de l’homme affirme que l’offensive a fait 415 morts civils et 364 parmi les combattants de l’est. Un bilan que les militants locaux jugent largement sous-évalué, compte tenu du fait que de nombreux corps, prisonniers des décombres, n’ont pas pu être décomptés par les autorités médicales.

Sur les réseaux sociaux ou par l’intermédiaire des applications de messagerie électronique, auquel certains assiégés d’Alep ont encore accès grâce à un système d’Internet par satellite, des bribes de témoignages parviennent à l’extérieur. « Les gens courent entre deux bombardements pour échapper à la mort (…). C’est la fin du monde ici », racontait lundi Abou Amer Ikab, un ancien fonctionnaire de Soukkari, joint par l’agence Reuters, peu avant que les troupes pro-Assad n’investissent ce secteur.

« Les blessés meurent sous nos yeux. Il n’y a plus de médicaments, plus d’anesthésique », confiait dimanche Abou Assad, un infirmier, situé dans un centre médical de fortune, dans le quartier de Kalasa. Quelques heures plus tard, une rafale de messages désespérés arrivait d’un docteur, présent au même endroit. « Attaque au chlore. » « Nous sommes piégés. On ne peut plus respirer. » « Trois personnes sont en train de mourir. »

Exécutions sommaires

Un homme fuit avec un enfant dans les ruines d’Alep, le 12 décembre 2016.Le même jour, le docteur Farida, la dernière gynécologue en activité à Alep-Est, postait sur un groupe WhatsApp reliant des journalistes étrangers à des médecins et à des militants révolutionnaires d’Alep un récit poignant. « Un ami de la famille, du quartier d’Al-Ferdous, a amené son fils aîné au centre médical, pour faire examiner son œil. Cela a pris une demi-heure. Quand il est revenu chez lui, il a trouvé son appartement qui s’est effondré sur sa femme et ses trois autres enfants. Il a essayé de les sortir des gravats, mais il n’a pas pu, faute de matériel adéquat et du fait des tirs d’artillerie. Il veut juste voir les corps et les enterrer dignement. Je crois qu’il va devenir fou. »

Alors que les forces du régime de Bachar Al-Assad semblent en passe de reprendre le contrôle d’Alep, les Nations unies ont communiqué mardi 13 décembre sur des exécutions sommaires commises par les forces progouvernementales « probablement au cours des dernières quarante-huit heures ». Le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme (HCDH) s’appuie sur plusieurs témoignages en provenance de la partie est d’Alep, qui subit une terrible offensive depuis quatre semaines.

« Nous avons été informés que des forces pro-gouvernementales ont pénétré dans des habitations et tué les civils qui s’y trouvaient, y compris les femmes et les enfants », a dit le porte-parole du HCDH, Rupert Colville.

« En tout, hier soir, nous avons reçu des informations indiquant que des forces pro-gouvernementales avaient tué au moins 82 civils, dont 11 femmes et 13 enfants, dans les quartiers de Boustane Al-Qasr, Ferdous, Kallasé et Salhine », a-t-il ajouté, citant de « multiples sources dignes de foi ».

Lire aussi :   Alep, le pire revers de la rébellion depuis le début de la guerre en Syrie

Rompant avec sa discrétion habituelle, le Comité international de la Croix-Rouge a publié un communiqué alarmiste, dans lequel il « implore toutes les parties à épargner la vie humaine ». Reconnaissant son échec à mettre en place des corridors d’évacuation à peu près sûrs, l’organisation humanitaire souligne le fait que « des milliers de personnes, sans rôle dans les violences, n’ont nulle part où se réfugier ».

Des cas d’arrestation de civils fuyant les combats émergent de plus en plus. Vendredi, le porte-parole du Haut-Commissariat pour les droits de l’homme de l’ONU, Rupert Colville, avait évoqué la disparition de « centaines d’hommes », séparés de leur famille, après être parvenus dans la zone occidentale d’Alep, sous contrôle gouvernemental. Le responsable onusien avait aussi accusé deux groupes rebelles radicaux, le Front Fatah Al-Cham, une émanation d’Al-Qaida, et les Brigades Abou Amara, d’avoir tué et kidnappé des civils tentant de se réfugier à l’ouest.

Lire aussi :   Poutine, grand vainqueur de la bataille d’Alep

Messages d’adieu

« Nous savons que les forces du régime ont aménagé un centre de détention temporaire dans le quartier de Hanano, repris au début de l’offensive, affirme Saïd Eido, de l’Institut syrien pour la justice, une ONG alépine de défense des droits de l’homme. Nous avons entendu parler d’une douzaine de cas d’arrestations, d’hommes, mais aussi de femmes, parentes de membres de la rébellion. »

Les autorités syriennes ont démenti toute rafle, affirmant que les soldats se contentent de procéder à des vérifications d’identité. L’agence Reuters a diffusé des images d’hommes entre vingt et trente ans alignés contre un mur, face à des membres de la police militaire syrienne. Il s’agit de rescapés d’Alep-Est que l’armée syrienne s’apprête à incorporer de force dans ses unités.

Dans ce contexte, les militants anti-Assad, retranchés dans le dernier carré rebelle, se préparent au pire. Les appels au secours qu’ils diffusaient ces derniers jours sur WhatsApp ont fait place à des messages d’adieu. « Ça ressemble à la fin, les amis, écrivait lundi Monther Etaky, un journaliste-citoyen. On se défendra pour ne pas être exécutés. Racontez juste notre histoire au monde entier. Faites en sorte que mon fils soit fier de son père. »

Pendant ce temps, la télévision officielle syrienne diffusait des images de liesse dans les quartiers ouest, où des habitants distribuaient des friandises, pour célébrer la « libération » de leur ville.

Lire aussi :   Syrie : la bataille d’Alep en 25 cartes

A %d blogueros les gusta esto:


ENLACES

[Lo Nuevo] [Madres Solas] [SUTESUAEM] [Previsión Social] [Ciencias Económico Administrativas]
[
Ciencias Sociales] [Ciencias de la Informaci
ón][México Historia y Cultura]
[Materias de Estudio]
[
SPCU] [Diplomado SPC] [Documentos SPC] [Foro Permanente SPC] [Enlaces SPC][PRONAD-SIIA] [Enlaces]
 

[Joseacontrera's Blog] [Propósito] [Viajeros] [Mis Viajes] [Fotos] [Música] [Deportes] [Correo] [Curriculum] [Godaddy]


NOTICIAS
 [México] [Edomex] [Estados] [Emprendedores Tech] [Prensa Educativa] [Universities] [Empleo] [Trabajo y Sindicatos]
[
Latinoamérica] [Estados Unidos] [Unión Europea] [Asia] [África] [Joseacontreras Diario] [Derechos Humanos Diario]