ENLACES

[Lo Nuevo] [Madres Solas] [SUTESUAEM] [Previsión Social] [Ciencias Económico Administrativas]
[
Ciencias Sociales] [Ciencias de la Informaci
ón][México Historia y Cultura]
[Materias de Estudio]
[
SPCU] [Diplomado SPC] [Documentos SPC] [Foro Permanente SPC] [Enlaces SPC][PRONAD-SIIA] [Enlaces]
 

[Joseacontrera's Blog] [Propósito] [Viajeros] [Mis Viajes] [Fotos] [Música] [Deportes] [Correo] [Curriculum] [Godaddy]


NOTICIAS
 [México] [Edomex] [Estados] [Emprendedores Tech] [Prensa Educativa] [Universities] [Empleo] [Trabajo y Sindicatos]
[
Latinoamérica] [Estados Unidos] [Unión Europea] [Asia] [África] [Joseacontreras Diario] [Derechos Humanos Diario]



Día Internacional de la Mujer 2011.

Asociación de Madres Solteras y Grupos Vulnerables para el Desarrollo Social \\\\\\\"Por un Trato más digno Yo Madre Soltera Aquí Estoy A.C.\\\\\\\" ¡Visita la página de Madres Solas Aquí! Más»

Entrega de Silla de Ruedas.

Asociación de Madres Solteras y Grupos Vulnerables para el Desarrollo Social \\\\\\\"Por un Trato más digno Yo Madre Soltera Aquí Estoy A.C.\\\\\\\" ¡Visita la página de Madres Solas Aquí! Más»

Compartiendo con nuestras socias y socios de la tercera edad de Molino Abajo, Temoaya, Estado de México.

Asociación de Madres Solteras y Grupos Vulnerables para el Desarrollo Social \\\\\\\"Por un Trato más digno Yo Madre Soltera Aquí Estoy A.C.\\\\\\\" Visita la página de Madres Solas Aquí. Más»

Visita la página de Código Ayuda Aquí.

Entrega de Reconocimiento por la AMS a la labor de Gabriela Goldsmith Presidenta de Código Ayuda A.C. Más»

Día de la Niñez 2011 con nuestras socias y socios de San Lorenzo Tepaltitlán, Toluca, Estado de México.

Asociación de Madres Solteras y Grupos Vulnerables para el Desarrollo Social \\\\\\\"Por un Trato más digno Yo Madre Soltera Aquí Estoy A.C.\\\\\\\" Visita la página de Madres Solas Aquí. Más»

Entrega de Silla de Ruedas.

Asociación de Madres Solteras y Grupos Vulnerables para el Desarrollo Social \\\\\\\"Por un Trato más digno Yo Madre Soltera Aquí Estoy A.C.\\\\\\\" Visita la página de Madres Solas Aquí. Más»

“Yo Me Declaro Defensor” de los Defensores de Derechos Humanos

Participación en la campaña “Yo Me Declaro Defensor” de los Defensores de Derechos Humanos por la Alta Comisionada de los Derechos Humanos de la ONU Navy Pillay. Más»

Entrega de Reconocimiento al Lic. Enrique Peña Nieto por su apoyo como gobernador a los grupos vulnerables de nuestra Asociación.

Asociación de Madres Solteras y Grupos Vulnerables para el Desarrollo Social \\\\\\\"Por un Trato más digno Yo Madre Soltera Aquí Estoy A.C.\\\\\\\" Visita la página de Madres Solas Aquí. Más»

Compartiendo con nuestras socias y socios de la tercera edad en Molino Abajo, Temoaya, Estado de México.

Asociación de Madres Solteras y Grupos Vulnerables para el Desarrollo Social \\\\\\\"Por un Trato más digno Yo Madre Soltera Aquí Estoy A.C.\\\\\\\" ¡Visita la página de Madres Solas Aquí! Más»

Compartiendo con nuestras socias y socios de la tercera edad en Molino Abajo, Temoaya, Estado de México.

Asociación de Madres Solteras y Grupos Vulnerables para el Desarrollo Social \\\\\\\"Por un Trato más digno Yo Madre Soltera Aquí Estoy A.C.\\\\\\\" ¡Visita la página de Madres Solas Aquí! Más»

Compartiendo con nuestras socias y socios de la tercera edad en Molino Abajo, Temoaya, Estado de México.

Asociación de Madres Solteras y Grupos Vulnerables para el Desarrollo Social \\\\\\\"Por un Trato más digno Yo Madre Soltera Aquí Estoy A.C.\\\\\\\" ¡Visita la página de Madres Solas Aquí! Más»

Compartiendo con nuestras socias y socios de la tercera edad en Molino Abajo, Temoaya, Estado de México.

Asociación de Madres Solteras y Grupos Vulnerables para el Desarrollo Social \\\\\\\"Por un Trato más digno Yo Madre Soltera Aquí Estoy A.C.\\\\\\\" ¡Visita la página de Madres Solas Aquí! Más»

Thelma Dorantes Autora y Actriz principal de la obra de Teatro \\\\

Visita de Thelma Dorantes a las oficina de la Asociación de Madres Solteras y Grupos Vulnerables para el Desarrollo Social \\\\\\\"Por un Trato más digno Yo Madre Soltera Aquí Estoy A.C.\\\\\\\" en Toluca, Estado de México. Más»

Thelma Dorantes Autora y Actriz principal de la obra de Teatro \\\\

Visita de Thelma Dorantes a las oficina de la Asociación de Madres Solteras y Grupos Vulnerables para el Desarrollo Social \\\\\\\"Por un Trato más digno Yo Madre Soltera Aquí Estoy A.C.\\\\\\\" en Toluca, Estado de México. Más»

Thelma Dorantes Autora y Actriz principal de la obra de Teatro \\\\

Visita de Thelma Dorantes a las oficina de la Asociación de Madres Solteras y Grupos Vulnerables para el Desarrollo Social \\\\\\\"Por un Trato más digno Yo Madre Soltera Aquí Estoy A.C.\\\\\\\" en Toluca, Estado de México. Más»

Premio Nacional del Trabajo 2012.

Entrega a los trabajadores de la Dirección de Organización y Desarrollo Administrativo de la Universidad Autónoma del Estado de México del Premio Nacional del Trabajo 2012 por la Secretaría de Trabajo y Previsión Social del Gobierno de México. Más»

 

Category Archives: Noticias

Ola de frío en Europa provoca 24 muertes

Esta NOTICIA fue originalmente compartida en Aula News Unión Europea

Fuente: RFI Español Europa

Diez personas murieron de frío en dos días en Polonia, donde las temperaturas cayeron por debajo de los -20º Celsius en algunas regiones, anunció el sábado por la mañana el Centro gubernamental de seguridad nacional (RCB).

El balance de víctimas podría agravarse el fin de semana ya que la temperatura permanecerá por debajo de -20º C.

Italia, una de las más afectadas

En Italia, al menos ocho personas murieron en las últimas 48 horas, cinco de ellas sin techo que se encontraban en la calle pese a las medidas preventivas adoptadas por las autoridades.

Italia registra importantes nevadas, particularmente en el centro, en las comunas de Amatrice y Accumoli, afectadas por los terremotos.

Moscú, en donde las temperaturas cayeron a unos -30 grados durante la noche, vivió la Navidad ortodoxa más fría en 120 años, según la agencia oficial RIA Novosti.

En San Petersburgo (noroeste), donde la temperatura descendió hasta -24 C°, la policía halló el cuerpo de un hombre muerto de hipotermia en la noche del viernes.

La capital de la República Checa, Pagra, tuvo la noche más fría en lo que va del invierno, causando tres muertos. La temperatura más baja, de -34 grados se registró en Sumava, cerca de la frontera con Alemania.

La nieve paraliza Estambul

Una tormenta de nieve azotó la megalópolis turca de Estambul, paralizando la ciudad, provocando la anulación de centenares de vuelos y la interrupción del tráfico en el Estrecho del Bósforo.

La compañía aérea Turkish Airlines debió anular al menos 500 vuelos en dos días, en los aeropuertos Atatürk y Sabiha Gökçen, ya que las condiciones meteorológicas afectan a la visibilidad de los pilotos

En Grecia, donde normalmente los inviernos son suaves, se registraron temperaturas de -15 en el norte del país, donde un emigrante afgano murió de frio y se produjeron numerosos cierres de carreteras. Varias islas, algunas de ellas llenas de campos de refugiados, como la isla de Lesbos, están cubiertas de nieve.

Los países balcánicos también padecen la ola de frío, con temperaturas de hasta -27 grados en regiones montañosas de Bosnia, y en el sur y este de Serbia.

Blanca y helada Alemania

Este glacial episodio sobre Europa -que debe durar hasta el domingo- está causado por masas de aire polar que bajan de Escandinavia hacia el centro del continente.

En Alemania, el frente frío, apodado Axel, trajo temperaturas de hasta -31 y ha cubierto de hielo y nieve todo el norte del país, causando múltiples accidentes. En Berlín las temperaturas bajaron hasta -15°C y la ciudad se cubrió de un manto blanco.

(Con la AFP)

Wall Street despidió el 2016 a punto de batir su propio récord de puntos

Esta NOTICIA fue originalmente compartida en Aula News Unión Europea

Fuente: Mundiario. Economía

Wall Street cerró el 2016 con grandes ganancias anuales, con todo y que su índice de referencia, el industrial Dow Jones, no alcanzó los 20.000 puntos, algo que habría sido de récord, pero cuando menos tuvo su mejor ejercicio desde 2013. Fue una jornada principalmente roja, con pequeñas caídas, debido en gran parte a que los inversores optaron por las pérdidas para recoger beneficios antes de terminar la semana y el año, pero la bajada de puntos no tuvo efecto en el gran balance del año. El parqué caminó en armonía pese al Brexit y a Donald Trump, y auguró mejoras para la economía estadounidense.

El Dow Jones consiguió un crecimiento anual del 13%, en tanto que el S&P avanzó en un 9.5% y el tecnológico Nasdaq ascendió en un 7.5%. Durante el día, los títulos cayeron, sin embargo, un 0.29%, 0.46% y 0.90%, respectivamente. El Dow cerró a 230 puntos de distancia de su mayor cifra en los 120 años de historia de este selectivo, los ansiados 20.000. Desde la crisis de 2008 y la caída del Lehman Brothers, el selectivo ha ido de récord en récord y la victoria electoral de Trump en las elecciones del 8 noviembre fue el catalizador que necesitaban para rematar el ejercicio.

El año tuvo un inicio convulso, mas las ganancias se afianzaron desde la segunda mitad del mismo. De acuerdo a Bloomberg, esa precipitación tiene parte de su razón en el subidón de compañías como el fabricante de maquinaria pesada Caterpillar o el banco Goldman Sachs (30% o más), contrastando con la caída de la deportiva Nike, de un 18%.
Con todo y las tensiones e incertidumbre mundial, al igual que la ralentización del crecimiento interno, los grandes datos económicos de Estados Unidos van de maravilla: hay casi pleno empleo, el consumo se ha fortalecido y la confianza está en su punto más alto en los últimos ocho años. El fin de la incertidumbre por quién sería el ganador de las elecciones y la confianza en las promesas electorales de Trump (más inversión en infraestructuras, menos impuestos y otras cosas) han tenido más efecto que el miedo a su giro proteccionista. @hmorales_gt

ADVERTISEMENT

Las mayores preocupaciones de los europeos son la inmigración y el terrorismo

Aquí Europa es el único servicio de información práctica sobre la Unión Europea realizado íntegramente en castellano desde Bruselas. Con décadas de experiencia a sus espaldas, constituye un excelente medio para estar informado en tiempo real sobre todo lo que ocurre en la ‘capital comunitaria’.

El inicio del rally de fin de año le sentó mal al Ibex

Esta NOTICIA fue originalmente compartida en Aula News Unión Europea

Fuente: Mundiario. Economía

El inicio del rally de fin de año le sentó mal al Ibex, que este lunes bajó el 0,81% si bien mantuvo los 9.300 puntos. El selectivo de la bolsa española se plegó a la toma de beneficios tras las fuertes subidas de las dos semanas anteriores, a punto de iniciar el periodo navideño con su habitual reducción de actividad.

Repsol, uno de los peores valores de este lunes, es en todo caso la única petrolera europea que puede subir el dividendo, según Goldman. Las principales petroleras del mundo volverán a tener un flujo de caja positivo en 2017 por primera vez en los últimos tres años si la Organización de Países Exportadores de Petróleo (OPEP) cumple con el recorte en la producción de crudo acordado el pasado 30 de noviembre.

Por su parte, la Reserva Federal asegura desde EE UU que el mercado laboral es el más fuerte de la última década. Su presidenta, Janet Yellen, sostiene que las condiciones actuales del mercado laboral estadounidense, que presenta una tasa de paro del 4,6%, son “las más fuertes” en casi una década.

Por lo demás, en esta jornada el banco MPS se hundió en Bolsa durante su primer día de ampliación de capital y Christine Largade fue declarada culpable en el juicio por un pago a un magnate francés.

Apple apela decisión de la UE sobre ventajas fiscales en Irlanda

Esta NOTICIA fue originalmente compartida en Aula News Unión Europea

Fuente: RFI Español Europa

Nuevo episodio en el pulso entre la Comisión europea y el gigante informático Apple. La empresa estadounidense apeló este lunes la decisión del ejecutivo europeo de obligarle a rembolsar 13.000 millones de ventajas fiscales que, según Bruselas, Irlanda le ha otorgado indebidamente entre 2003 y 2014. Así lo indicó un portavoz de Apple a la Agencia France Presse.

La Comisión inició “una acción unilateral y cambió las reglas de manera retroactiva, sin tener en cuenta décadas de derecho fiscal irlandés, de derecho fiscal estadounidense y del consenso mundial en materia de política fiscal”, escribió en un comunicado la compañía. Apple considera además que es “el mayor contribuyente en el mundo, en Estados Unidos y en Irlanda con una tasa de imposición global de un 26% aproximadamente”.

Dublin también alzó la voz este lunes. El ministerio irlandés de Finanzas acusó a la Comisión Europea de “sobrepasar sus competencias e interferir con la soberanía fiscal nacional”, en un texto de presentación de sus argumentos en el caso.

0,005% de impuestos efectivos en 2014

La Unión europea “defenderá su posición ante la Corte”, replicó un portavoz de la Comisión europea que publicó este lunes la investigación detallada que la llevó a reclamar al gigante Apple el reembolso de 13.000 millones de euros.

En este documento de 130 páginas, el ejectuvo europeo describe el montaje financiero que, según él, ha permitido al gigante informático eludir impuestos sobre sus ganancias en Europa, Africa, Medio Oriente e India. El sistema consistía en registrar en Irlanda ganancias realizadas en otras tierras y luego encontrar un acuerdo con Dublín para pagar impuestos sobre una ínfima parte de éstas.

En Irlanda, la tasa de impuestos a las empresas es particularmente baja, de un 12,5%, pero, gracias a este montaje, Bruselas asegura que la “tasa efectiva de imposición de Apple” llegó hasta un 0,005% en 2014. Esto “significa 50 euros de impuestos por cada millón de euros de ganancias”, había destacado en agosto pasado la comisaria europea sobre la competencia, Margrethe Vestager.

“Esto es necedad política”, había reaccionado entonces el jefe de Apple, Tim Cook.

(Con AFP)

La tragédie d’Alep, le résultat « de beaucoup de lâcheté et d’indifférence »

Esta NOTICIA fue originalmente compartida en Aula News Unión Europea

Fuente: Le Monde.fr - Actualité à la Une

Les rebelles d’Alep ont perdu leur guerre et les Nations unies leur crédibilité sous les décombres d’une ville symbole « de l’effondrement de l’humanité », selon la représentante américaine à l’ONU Samantha Power. Jamais, le Conseil de sécurité, paralysé par la présence d’une Russie juge et partie, n’a été en mesure de peser en Syrie après cinq ans et demi de conflit.

« Cette tragédie est le résultat de la sauvagerie des uns, de la complicité active et du cynisme absolu des autres, mais aussi de beaucoup de lâcheté et d’indifférence et, il faut avoir le courage de le dire, de l’impuissance de la communauté internationale et de l’ONU », a convenu François Delattre, le représentant français auprès des Nations unies.

L’annonce surprise, mardi 13 décembre, de l’ambassadeur russe Vitali Tchourkine d’un accord conclu sous la houlette de Moscou et d’Ankara avec les insurgés pour procéder à leur évacuation rapide d’Alep est l’épilogue du « hold-up » diplomatique et militaire du Kremlin sur cette crise.

Lire aussi :   Poutine, grand vainqueur de la bataille d’Alep

Réuni en urgence à la demande de la France, le Conseil de sécurité a pris acte de cet arrangement dont les termes restent encore à vérifier sur le terrain. « Ces dernières heures, nous avons reçu des informations selon lesquelles les activités militaires dans l’est d’Alep ont pris fin (…) Il y a effectivement un accord qui a été conclu et qui demande aux combattants de quitter la ville » a assuré M. Tchourkine devant la presse.

Crainte sur le sort d’Idlib

Selon l’envoyé spécial de l’ONU en Syrie Staffan de Mistura, les rebelles seraient encore environ 1 500 à se terrer dans un périmètre de moins de trois kilomètres carrés. Près de 30 % d’entre eux appartiendraient au Front Fatah Al-Cham – ex-Front Al-Nosra –, faction islamiste dont la Russie demandait le départ depuis près d’un an. Ils doivent être évacués en bus avec leur famille mercredi à partir de 5 heures vers Idlib, petite localité au sud-ouest d’Alep et qui constitue toujours une poche de résistance au régime de Bachar Al-Assad.

Mais cette échappatoire risque d’être de courte durée. Staffan de Mistura a reconnu que le gouvernement syrien pourrait vouloir imposer à Idlib le même dénouement tragique qu’à Alep et a assuré que l’ONU prenait ses dispositions.

Lire aussi :   La bataille d’Alep en 25 cartes

Evacuation « hors des yeux du monde »

Mais l’organisation est une nouvelle fois court-circuitée sur le terrain. Le secrétaire général Ban Ki-moon a eu beau s’alarmer « des rapports crédibles » faisant état d’assassinats de civils – le Haut-commissariat aux droits de l’homme à Genève a annoncé que 82 personnes dont 13 femmes et 11 enfants avaient été froidement exécutés ces dernières 48 heures dans quatre quartiers d’Alep – l’organisation n’a pas reçu les autorisations de Damas pour encadrer l’évacuation des combattants et des civils qui le souhaitent.

Washington a demandé l’envoi d’observateurs internationaux impartiaux pour empêcher que les rebelles ne soient « abattus dans la rue ou emmenés vers un des goulags d’Assad » selon Mme Power. Mais la précipitation de Moscou et de Damas à organiser l’évacuation des insurgés « hors des yeux du monde », selon un expert, « est un signal alarmant ».

Lire aussi :   A Alep, « vu l’état de ruine, un retour massif des civils n’est pas envisageable »

Marges de manœuvres faibles

Depuis une semaine, des témoignages font état d’arrestation, d’enrôlements forcés auprès des forces de sécurités syriennes et d’assassinats. Lundi, l’ONU avait dénoncé « les atrocités commises contre les civils syriens ». Des accusations balayées par l’ambassadeur russe qui a dénoncé « la propagande, la désinformation et la guerre psychologique » à l’œuvre dans l’opinion occidentale.

« Ce chapitre tragique de l’histoire d’Alep-Est a pris fin et nous espérons maintenant que cela permette la reprise des efforts pour relancer des négociations politiques », a plaidé M. Tchourkine. Réelle conviction ou nouvelle diversion ? Le régime Syrien, auréolé d’une victoire militaire, est en position de force.

Les rebelles, acculés à Idlib, sont à la merci du régime. Et même si M. de Mistura insiste « pour saisir cette opportunité tragique d’accélérer le processus politique », les marges de manœuvres de la communauté internationale seront extrêmement faibles et totalement dépendantes de la bonne volonté de Damas.

Lire aussi l’éditorial :   Alep, tombeau du droit international, de l’ONU, du minimum de décence et d’humanité

La tragédie d’Alep, le résultat « de beaucoup de lâcheté et d’indifférence »

Esta NOTICIA fue originalmente compartida en Aula News Unión Europea

Fuente: Le Monde.fr - Actualité à la Une

Les rebelles d’Alep ont perdu leur guerre et les Nations unies leur crédibilité sous les décombres d’une ville symbole « de l’effondrement de l’humanité », selon la représentante américaine à l’ONU Samantha Power. Jamais, le Conseil de sécurité, paralysé par la présence d’une Russie juge et partie, n’a été en mesure de peser en Syrie après cinq ans et demi de conflit.

« Cette tragédie est le résultat de la sauvagerie des uns, de la complicité active et du cynisme absolu des autres, mais aussi de beaucoup de lâcheté et d’indifférence et, il faut avoir le courage de le dire, de l’impuissance de la communauté internationale et de l’ONU », a convenu François Delattre, le représentant français auprès des Nations unies.

L’annonce surprise, mardi 13 décembre, de l’ambassadeur russe Vitali Tchourkine d’un accord conclu sous la houlette de Moscou et d’Ankara avec les insurgés pour procéder à leur évacuation rapide d’Alep est l’épilogue du « hold-up » diplomatique et militaire du Kremlin sur cette crise.

Lire aussi :   Poutine, grand vainqueur de la bataille d’Alep

Réuni en urgence à la demande de la France, le Conseil de sécurité a pris acte de cet arrangement dont les termes restent encore à vérifier sur le terrain. « Ces dernières heures, nous avons reçu des informations selon lesquelles les activités militaires dans l’est d’Alep ont pris fin (…) Il y a effectivement un accord qui a été conclu et qui demande aux combattants de quitter la ville » a assuré M. Tchourkine devant la presse.

Crainte sur le sort d’Idlib

Selon l’envoyé spécial de l’ONU en Syrie Staffan de Mistura, les rebelles seraient encore environ 1 500 à se terrer dans un périmètre de moins de trois kilomètres carrés. Près de 30 % d’entre eux appartiendraient au Front Fatah Al-Cham – ex-Front Al-Nosra –, faction islamiste dont la Russie demandait le départ depuis près d’un an. Ils doivent être évacués en bus avec leur famille mercredi à partir de 5 heures vers Idlib, petite localité au sud-ouest d’Alep et qui constitue toujours une poche de résistance au régime de Bachar Al-Assad.

Mais cette échappatoire risque d’être de courte durée. Staffan de Mistura a reconnu que le gouvernement syrien pourrait vouloir imposer à Idlib le même dénouement tragique qu’à Alep et a assuré que l’ONU prenait ses dispositions.

Lire aussi :   La bataille d’Alep en 25 cartes

Evacuation « hors des yeux du monde »

Mais l’organisation est une nouvelle fois court-circuitée sur le terrain. Le secrétaire général Ban Ki-moon a eu beau s’alarmer « des rapports crédibles » faisant état d’assassinats de civils – le Haut-commissariat aux droits de l’homme à Genève a annoncé que 82 personnes dont 13 femmes et 11 enfants avaient été froidement exécutés ces dernières 48 heures dans quatre quartiers d’Alep – l’organisation n’a pas reçu les autorisations de Damas pour encadrer l’évacuation des combattants et des civils qui le souhaitent.

Washington a demandé l’envoi d’observateurs internationaux impartiaux pour empêcher que les rebelles ne soient « abattus dans la rue ou emmenés vers un des goulags d’Assad » selon Mme Power. Mais la précipitation de Moscou et de Damas à organiser l’évacuation des insurgés « hors des yeux du monde », selon un expert, « est un signal alarmant ».

Lire aussi :   A Alep, « vu l’état de ruine, un retour massif des civils n’est pas envisageable »

Marges de manœuvres faibles

Depuis une semaine, des témoignages font état d’arrestation, d’enrôlements forcés auprès des forces de sécurités syriennes et d’assassinats. Lundi, l’ONU avait dénoncé « les atrocités commises contre les civils syriens ». Des accusations balayées par l’ambassadeur russe qui a dénoncé « la propagande, la désinformation et la guerre psychologique » à l’œuvre dans l’opinion occidentale.

« Ce chapitre tragique de l’histoire d’Alep-Est a pris fin et nous espérons maintenant que cela permette la reprise des efforts pour relancer des négociations politiques », a plaidé M. Tchourkine. Réelle conviction ou nouvelle diversion ? Le régime Syrien, auréolé d’une victoire militaire, est en position de force.

Les rebelles, acculés à Idlib, sont à la merci du régime. Et même si M. de Mistura insiste « pour saisir cette opportunité tragique d’accélérer le processus politique », les marges de manœuvres de la communauté internationale seront extrêmement faibles et totalement dépendantes de la bonne volonté de Damas.

Lire aussi l’éditorial :   Alep, tombeau du droit international, de l’ONU, du minimum de décence et d’humanité

La Californie demande à Obama d’interdire le forage au large de ses côtes

Esta NOTICIA fue originalmente compartida en Aula News Unión Europea

Fuente: Le Monde.fr - Actualité à la Une

Le gouverneur de Californie Jerry Brown a demandé mardi 13 décembre au président Barack Obama d’interdire le forage d’hydrocarbures au large des côtes de son Etat, parmi d’autres mesures pour protéger les océans et lutter contre le réchauffement climatique.

Dans une lettre adressée au 44e président des Etats-Unis, M. Brown demande au gouvernement « d’user de son autorité (…) pour retirer de façon permanente les eaux fédérales de la côte californienne » des territoires qui feront l’objet de futures autorisations de forage de pétrole et de gaz.

« Clairement, explorer de nouvelles réserves de pétrole et de gaz serait incohérent avec notre impératif prioritaire de réduire la dépendance aux carburants fossiles et de combattre les effets dévastateurs du changement climatique. »

Barack Obama passera dans un peu plus d’un mois le relais à la Maison Blanche au président élu Donald Trump, qui a promis de lever les barrières à la production énergétique aux Etats-Unis et a qualifié par le passé le réchauffement climatique de « canular ».

Lire aussi :   La victoire de Donald Trump, un mauvais coup pour la lutte contre le réchauffement climatique

Le républicain vient en outre de nommer Rex Tillerson, patron du géant des hydrocarbures ExxonMobil, comme secrétaire d’Etat, ainsi qu’un ancien adversaire de l’Agence de protection de l’environnement (EPA) pour diriger cet organisme fédéral.

Lire aussi :   Diplomatie, énergie… Le retour des fossiles

Des politiques aux antipodes

Le gouverneur de Californie a par ailleurs indiqué mardi qu’il venait de signer un accord avec la secrétaire à l’intérieur Sally Jewell pour accroître la production d’énergies renouvelables, « y compris offshore, notamment éolienne ou provenant des vagues ».

Parallèlement, M. Brown s’est joint à ses homologues de la côte ouest Kate Brown et Jay Inslee, gouverneurs de l’Oregon et de l’Etat de Washington, et à des dirigeants et représentants de pays étrangers, dont le Chili et la France, pour lancer l’Alliance contre l’acidification des océans.

Lire aussi :   L’équipe de transition de Donald Trump s’attaque au ministère de l’énergie

« Les conséquences du changement climatique sont déjà ressenties en Californie », qui entre dans la sixième année d’une sécheresse record, et « vont nuire de façon disproportionnée aux populations les plus vulnérables de l’Etat », fait valoir le démocrate.

Celui-ci continue ainsi à revendiquer pour son Etat, le plus peuplé du pays, des politiques aux antipodes de celles attendues de l’administration Trump, qui a également fait campagne sur des promesses anti-immigration.

Le gouverneur Brown et son nouveau ministre de la justice Xavier Becerra, fils d’immigrés mexicains, le maire de Los Angeles Eric Garcetti et le chef de la police de la métropole californienne ont tous laissé entendre qu’ils ne soutiendraient pas d’efforts fédéraux pour déporter en masse les étrangers en situation irrégulière.

Lire aussi :   En Californie, l’hostilité à Trump monte

La Californie demande à Obama d’interdire le forage au large de ses côtes

Esta NOTICIA fue originalmente compartida en Aula News Unión Europea

Fuente: Le Monde.fr - Actualité à la Une

Le gouverneur de Californie Jerry Brown a demandé mardi 13 décembre au président Barack Obama d’interdire le forage d’hydrocarbures au large des côtes de son Etat, parmi d’autres mesures pour protéger les océans et lutter contre le réchauffement climatique.

Dans une lettre adressée au 44e président des Etats-Unis, M. Brown demande au gouvernement « d’user de son autorité (…) pour retirer de façon permanente les eaux fédérales de la côte californienne » des territoires qui feront l’objet de futures autorisations de forage de pétrole et de gaz.

« Clairement, explorer de nouvelles réserves de pétrole et de gaz serait incohérent avec notre impératif prioritaire de réduire la dépendance aux carburants fossiles et de combattre les effets dévastateurs du changement climatique. »

Barack Obama passera dans un peu plus d’un mois le relais à la Maison Blanche au président élu Donald Trump, qui a promis de lever les barrières à la production énergétique aux Etats-Unis et a qualifié par le passé le réchauffement climatique de « canular ».

Lire aussi :   La victoire de Donald Trump, un mauvais coup pour la lutte contre le réchauffement climatique

Le républicain vient en outre de nommer Rex Tillerson, patron du géant des hydrocarbures ExxonMobil, comme secrétaire d’Etat, ainsi qu’un ancien adversaire de l’Agence de protection de l’environnement (EPA) pour diriger cet organisme fédéral.

Lire aussi :   Diplomatie, énergie… Le retour des fossiles

Des politiques aux antipodes

Le gouverneur de Californie a par ailleurs indiqué mardi qu’il venait de signer un accord avec la secrétaire à l’intérieur Sally Jewell pour accroître la production d’énergies renouvelables, « y compris offshore, notamment éolienne ou provenant des vagues ».

Parallèlement, M. Brown s’est joint à ses homologues de la côte ouest Kate Brown et Jay Inslee, gouverneurs de l’Oregon et de l’Etat de Washington, et à des dirigeants et représentants de pays étrangers, dont le Chili et la France, pour lancer l’Alliance contre l’acidification des océans.

Lire aussi :   L’équipe de transition de Donald Trump s’attaque au ministère de l’énergie

« Les conséquences du changement climatique sont déjà ressenties en Californie », qui entre dans la sixième année d’une sécheresse record, et « vont nuire de façon disproportionnée aux populations les plus vulnérables de l’Etat », fait valoir le démocrate.

Celui-ci continue ainsi à revendiquer pour son Etat, le plus peuplé du pays, des politiques aux antipodes de celles attendues de l’administration Trump, qui a également fait campagne sur des promesses anti-immigration.

Le gouverneur Brown et son nouveau ministre de la justice Xavier Becerra, fils d’immigrés mexicains, le maire de Los Angeles Eric Garcetti et le chef de la police de la métropole californienne ont tous laissé entendre qu’ils ne soutiendraient pas d’efforts fédéraux pour déporter en masse les étrangers en situation irrégulière.

Lire aussi :   En Californie, l’hostilité à Trump monte

Gambie : la médiation africaine échoue à convaincre Jammeh de se retirer

Esta NOTICIA fue originalmente compartida en Aula News Unión Europea

Fuente: Le Monde.fr - Actualité à la Une

Le président gambien Yahya Jammeh (au fond) reçoit dans son palais quatre chefs d’Etat africains venus lui demander de reconnaître sa défaite : John Mahama du Ghana (au fond à droite), Muhammadu Buhari du Nigeria (devant à gauche), Ellen Johnson Sirleaf, du Liberia et Ernest Bai Koroma, du Sierra-Leone.Crédits : REUTERS

« Un accord n’est pas quelque chose qui peut aboutir en un seul jour, il faut y travailler. » Comme un aveu d’échec, la présidente de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), Ellen Johnson Sirleaf, est venue parler à la presse dans la soirée de mardi. « Nous ne sommes pas venus pour un accord, nous venons aider les Gambiens à organiser la transition », a-t-elle ajouté, peu convaincue, affirmant que la mission allait rendre compte de ses discussions lors du sommet de la Cédéao samedi à Abuja.

Lire aussi :   La Gambie sous Jammeh (1) : confessions d’un espion sur la torture et les exécutions du régime

Avec la présidente libérienne, ils étaient venus en nombre ce mardi à Banjul, dans l’espoir de sortir la Gambie de sa crise politique : Muhammadu Buhari, président du Nigeria, John Dramani Mahama, président du Ghana et défait il y a quelques jours aux élections présidentielles ghanéennes, et Ernest Bai Koroma, président du Sierra-Leone, tous avaient fait le déplacement.

La crise s’enlise

Mais après s’être entretenus une heure avec le président sortant Yahya Jammeh, puis avec son successeur élu Adama Barrow, force était de constater qu’aucun accord n’a été trouvé. Quand Buhari assurait avoir trouvé une « oreille attentive » en Yahya Jammeh, la coalition de l’opposition campait sur sa position. « Avec ces négociations, il est clair qu’on ne reviendra pas sur nos acquis : Jammeh doit immédiatement quitter le pouvoir et le pays », souligne ainsi un cadre de l’opposition.
Yahya Jammeh (à gauche) avec le président nigérian Muhammadu Buhari à Banjul le 13 décembre.Yahya Jammeh (à gauche) avec le président nigérian Muhammadu Buhari à Banjul le 13 décembre. Crédits : REUTERS
A Banjul, la crise s’enlise donc, après que « le roi qui défie les rivières », l’un des multiples titres officiels de l’autocrate qui dirige le pays depuis 22 ans, a rejeté dans leur totalité les résultats des élections, dénonçant des « erreurs inacceptables » de la part des autorités électorales. Il avait pourtant dans un premier temps accepté sa défaite, le lendemain du vote. Mais au-delà de la médiation, rien ne laissait présager ce mardi une transition apaisée, les signes négatifs se multipliant au contraire au cours de la journée, au point qu’un observateur se demande, dans une fausse naïveté, « si Jammeh ne l’a pas fait exprès, pour affirmer son autorité ».

Lire aussi :   En Gambie, intenses pressions internationales pour que Yahya Jammeh quitte le pouvoir

D’abord, la Commission électorale indépendante (IEC) a été en début de matinée investie par les bérets rouges de l’armée gambienne. « Je me rendais à l’IEC à 7h45 ce matin, des militaires m’ont obligé à faire demi-tour, explique Alieu Momarr Ndjie, président de la Commission, joint par téléphone. C’est une démonstration de force, mais je n’y crois pas : il est impossible que les Gambiens acceptent que Jammeh reste au pouvoir. » Mardi dans la soirée, les bâtiments de la Commission étaient toujours occupés par l’armée.

Lire aussi :   Adama Barrow, un « self-made-man » à la tête de la Gambie

Ensuite, le chef d’état-major de l’armée gambienne, Ousmane Badjie, a changé son fusil d’épaules en milieu de journée. Il est arrivé aux discussions avec la délégation en portant sur son uniforme un badge du chef de l’Etat sortant et affirmant qu’il soutenait Yayha Jammeh. Jeudi dernier, avant le revirement du président sortant, son successeur élu Adama Barrow avait pourtant affirmé que le général Badjie lui avait apporté son soutien.

Recours à la Cour suprême

Enfin, le parti au pouvoir, l’APRC, a déposé en fin de journée à la Cour suprême le recours officiel de contestation des élections, alors que Yahya Jammeh était en pleine discussion avec ses homologues d’Afrique de l’Ouest. « Le timing est un pied de nez à la délégation », estime un diplomate, alors que ce mardi était le dernier jour pour déposer un recours à la Cour, dans la limite légale des 10 jours suivant le scrutin.
Le chef d’Etat major gambien Ousman Badjie, qui affirme désormais soutenir le président sortant Yahya Jammeh et non le président élu Adama Barrow. Ici à Banjul le mardi 13 décembre.Le chef d’Etat major gambien Ousman Badjie, qui affirme désormais soutenir le président sortant Yahya Jammeh et non le président élu Adama Barrow. Ici à Banjul le mardi 13 décembre. Crédits : SEYLLOU / AFP
Face à cette multiplication de signes que Yahya Jammeh refuse la transition, les réactions sont unanimes. « On a jamais cru à la promesse de Jammeh, estime par exemple un proche d’un chef d’Etat d’Afrique de l’Ouest. Avec les Sénégalais, on s’est dit tout de suite qu’il y avait neuf chances sur dix pour qu’il revienne dessus. » Ces doutes concernant une passation douce du pouvoir ont été d’autant plus renforcés quelques jours après l’élection quand Adama Barrow a laissé entendre qu’il avait l’intention de traduire Yahya Jammeh en justice.

Lire aussi :   En Gambie, comment faire croire à une démocratie et l’obtenir malgré soi

C’est justement ce dernier point que la délégation a discuté avec le président-élu, dans une volonté d’apaiser les débats. « Les chefs d’Etat ont conseillé à Adama Barrow de ne pas verser dans la dérive verbale quant au sort qui sera réservé à Yahya Jammeh, explique un membre de l’IEC, présent lors de la rencontre de la délégation de chefs d’Etat avec le président élu. Et ils lui ont conseillé de poursuivre les préparatifs de prestation de serment. » Ce mardi pourtant, cette cérémonie d’investiture d’Adama Barrow, prévue fin janvier 2017, n’a jamais paru aussi lointaine.

A %d blogueros les gusta esto:


ENLACES

[Lo Nuevo] [Madres Solas] [SUTESUAEM] [Previsión Social] [Ciencias Económico Administrativas]
[
Ciencias Sociales] [Ciencias de la Informaci
ón][México Historia y Cultura]
[Materias de Estudio]
[
SPCU] [Diplomado SPC] [Documentos SPC] [Foro Permanente SPC] [Enlaces SPC][PRONAD-SIIA] [Enlaces]
 

[Joseacontrera's Blog] [Propósito] [Viajeros] [Mis Viajes] [Fotos] [Música] [Deportes] [Correo] [Curriculum] [Godaddy]


NOTICIAS
 [México] [Edomex] [Estados] [Emprendedores Tech] [Prensa Educativa] [Universities] [Empleo] [Trabajo y Sindicatos]
[
Latinoamérica] [Estados Unidos] [Unión Europea] [Asia] [África] [Joseacontreras Diario] [Derechos Humanos Diario]